Barbe bleue

téléchargement (2)

L’histoire 

Saturnine est belge et galère à trouver un appartement à Paris (point, « tu m’étonnes »). Elle répond à une annonce et passe un casting pour une location de rêve pour un prix défiant tout concurrence. Enfin, tout a un prix quand même…

Bonus 

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon option 2 du Défi des 4 as. Vous aurez donc mon avis en 5 mots (on innove)

Mon avis 

conte-revisite-dialogues-joute-malsain

La dernière réunion des filles de la station service

La-derniere-reunion-des-filles-de-la-station-service

L’histoire

Snookie est une femme au foyer épanouie à la petite vie bien tranquille, si on excepte sa mère, Leonore, véritable bombe à problèmes à retardement.

Ses enfants étant partis pour voler de leurs propres ailes, elle passe sa journée à surveiller les méchants geais qui mangent les graines des autres oiseaux, à s’occuper de régler les multiples problèmes causés par sa mère qui ne peut plus s’occuper de ses affaires. Snookie ne se doutait pas qu’un courrier reçu chez elle pour sa mère allait transformer sa petite vie si tranquille et bien rangée.

Mon avis

Même si le livre est un peu trop gentillet à mon goût, j’ai passé un excellent moment. C’est une lecture sans prétention, sans prise de tête, qui se lit très vite.

La plume de l’auteure est fluide. Elle dépeint parfaitement les personnages au point de s’y attacher. J’ai même réussi à trouver quelques qualités à Leonore, c’est dire…

Même si le thème est archi classique, l’auteure a quand même réussi à nous surprendre.

On suit les errements de Snookie qui apprend, par le plus parfait des hasards, que d’une, elle a été adoptée et de deux, qu’en fait, elle est plus âgée (ça, je le conçois, ça doit faire mal d’apprendre du jour au lendemain que tu n’as pas 59 ans mais plus de 60 ans).

Par le jeu de sauts en arrière, on découvre avec elle qui était sa véritable famille, qui étaient les WASP-Women Airforce Service Pilots- (que je ne connaissais pas du tout). Outre l’histoire gentillette, ce livre a le mérite de mettre en avant un pan assez méconnu de l’Histoire (qui plus est pour les non américains).

Moi qui m’attendais à une fin convenue et prévisible, j’ai été très agréablement surprise du dénouement.

Véritable poupée gigogne, ce livre est parfait pour ceux qui veulent se détendre en passant un bon moment.

Bonus 

Avec cette lecture, je valide une partie de mon défi principal dans le cadre du Challenge des 4 as à savoir, lire un livre dont l’auteur est féminin.

4-as

La voleuse de livres

téléchargement (1)

L’histoire :

Liesel est envoyée, avec son frère, dans une famille nourricière, sa mère ne pouvant plus les garder. Il fait froid, la neige tombe, elle a faim et son petit frère meurt. Des hommes viennent l’enterrer. L’un d’eux fait tomber un livre. Elle le « volera » sans se douter qu’elle va devenir par la suite, la voleuse de livres.

Mon avis :

J’avais vu le film que j’avais trouvé très poétique. Aussi n’ai pas été surprise par le livre. J’avoue que les premières pages peuvent décontenancer. Ce n’est quand même pas banal que la Mort vous raconte une histoire. Surtout qu’elle a une manière assez particulière pour la raconter avec des petites notes, des choses à savoir qui cassent un peu la lecture et déroutent par moments. Mais bon, comme on ne joue pas avec la Mort, on fait avec et on se laisse guider par son histoire.

Nous sommes plongés dans l’Allemagne hitlérienne avec toutes les horreurs que l’on imagine bien. Cependant, on retrouve avec plaisir tous les plaisirs d’enfance, leur innocence (enfin, certains ne sont pas si innocents que cela), leur incompréhension face aux choses des grands. Les personnages sont très attachants, même la maman de coeur de Lizbeth qui n’hésite pas à jurer comme un chartier (ce livre est parfait si vous voulez parfaire vos insultes en allemand). Même si la Mort, cette coquine, dévoile un peu vite la fin, cela n’enlève en rien au charme de cette belle lecture.

Ce livre démontre, si on en doutait encore, que les livres et les mots ont un réel pouvoir, bien plus fort que n’importe quelle arme.

Bonus :

Je remercie énormément ma binomette Jadany de m’avoir fait sortir cette pépite de ma PAL dans le cadre du challenge

On double nos points et on ne lâche rien !!!! Go ! Go ! Go !

destockage-pal-duo-an-2-600x268

L’homme qui voyait à travers les visages

couv65936290

L’histoire

Charleroi. Augustin, jeune homme insignifiant va se retrouver malgré lui au coeur des événements tragiques qui vont endeuiller cette ville. Lui qui n’était qu’un pauvre inconnu jouant de mauvais oeil, va se retrouver au coeur de toutes les attentions. Lui n’aura de cesse que de se découvrir et d’entrer dans une profonde réflexion théologique.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Mon avis

Bon, vous commencez par le savoir mais j’adore EES. Et pourtant, j’ai voulu attendre le bon moment pour sortit ce livre de ma PAL. J’ai appris à mes dépens qu’il faut choisir le moment propice pour le lire. Là, c’est une discussion avec une amie qui m’a donné envie. Elle était toute étonnée, moi qui l’ai initiée à EES, de savoir que je ne l’avais pas encore lu. Elle m’a d’autant plus titillé ma curiosité lorsqu’elle m’a parlé du rôle du greffier, Méchin (enfin, l' »assistant » du juge).

Partant de l’actualité (un attentat, l’ombre du fanatisme religieux), EES part dans une réflexion philosophique qui est sa marque de fabrique. Le tout est amené habillement, sans qu’on s’en rende compte. Alors autant j’ai un peu décroché lorsqu’Augustin se lance dans une discussion théologique avec la juge d’instruction, autant j’ai adoré celle qu’il a avec Dieu. Oui, parce qu’il rencontre Dieu. Je ne vous dévoile pas dans quelles conditions mais c’est un peu moins académique que lorsqu’EES a rencontré la foi dans La Nuit de Feu. D’ailleurs, rien n’est académique dans ce livre. Et c’est ce qui fait son charme.

Ce livre nous amène, malgré nous, à la réflexion en opposant 2 thèses bien distinctes (celle de Dieu et celle de la juge Poitrenot). Est ce Dieu qui est responsable de la folie des hommes ou est-ce les hommes qui ne comprennent pas ce que Dieu a écrit pourtant clairement dans ses livres  (il est d’ailleurs intéressant de considérer Dieu comme un écrivain à succès par ailleurs) ? Vous avez 2 heures ! Vaste débat dites moi…

Par contre, Monsieur SCHMITT, je vous invite solennellement à venir nous voir. Nous ne sommes pas aussi empotés que Méchin 😉 et en plus, on adore vous lire

Le ventre de Paris

le-ventre-de-paris-1245

L’histoire

C’est dans les Halles centrales de Paris récemment construites par Baltard que Zola situe le troisième épisode des Rougon Macquart.
Après  » la course aux millions  » décrite dans la Curée, ce sera la fête breughelienne du Ventre de Paris, sa foule fiévreuse, tourbillonnante et bigarrée, ses amoncellements de victuailles, ses flamboiements de couleurs, ses odeurs puissantes de fermes, de jardins et de marées. Florent, arrêté par erreur après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, s’est évadé du bagne de Cayenne après 7 ans d’épreuves.
Il retrouve à Paris son demi-frère qui, marié à la belle Lisa Macquart fait prospérer l’opulente charcuterie Quenu Gradelle. Mais la place de Florent est-elle à leurs côtés ? A-t-il renoncé à ses rêves de justice ? Car si l’Empire a su procurer au  » ventre boutiquier, au ventre de l’honnête moyenne,… le consentement large et solide de la bête broyant le foin au râtelier « , il n’a guère contenté les affamés.

♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠

Mon avis

Ce que j’apprécie énormément chez Zola, c’est cette sorte de journalisme romanesque.  Un journalisme empreint d’un très grand réalisme. Les descriptions des Halles sont prenantes et nous transportent littéralement.

Mais surtout, ce que j’adore chez Zola, c’est cette critique des « grands », de cette petite bourgeoisie qui dénigre les petits. J’ai retrouvé tout ce que j’avais adoré dans Germinal (qui reste le Zola de référence pour moi). Alors oui, c’est un classique avec tous les « inconvénients ». Cependant, la plume classique n’enlève rien à la pertinence de son message…

♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠

Bonus

Ce livre était dans ma PAL depuis… Au moins ça… Pourquoi ? Je ne serais dire. C’est comme quand on empile des choses dans son bureau, on oublie ce qu’il y a tout au fond. Puis un jour, on retombe dessus et on se dit « ah oui »

Je valide donc mon thème 1 du Challenge Destockage de PAL en duo !

J’ai hâte de pouvoir commencer ma lecture pour le doublage des points !!!!

destockage-pal-duo-an-2-600x268

Le cas Malaussène, Tome 1

couv16257146

L’histoire

« Ma plus jeune soeur Verdun est née toute hurlante dans La Fée Carabine, mon neveu C’est Un Ange est né orphelin dans La petite marchande de prose, mon fils Monsieur Malaussène est né de deux mères dans le roman qui porte son nom, ma nièce Maracuja est née de deux pères dans Aux fruits de la passion.
Les voici adultes dans un monde on ne peut plus explosif, où ça mitraille à tout va, où l’on kidnappe l’affairiste Georges Lapietà, où Police et Justice marchent la main dans la main sans perdre une occasion de se faire des croche-pieds, où la Reine Zabo, éditrice avisée, règne sur un cheptel d’écrivains addicts à la vérité vraie quand tout le monde ment à tout le monde. Tout le monde sauf moi, bien sûr. Moi, pour ne pas changer, je morfle ». Benjamin Malaussène.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Mon avis

Quel plaisir de retrouver la famille Malaussène ! Non que je sois restée sur ma faim après le dernier tome des aventures de Benjamin et de sa famille. Mais bon.

Benjamin a vieilli et les enfants ont, malheureusement, grandi. Beaucoup de choses ont changé… Sauf la propension qu’a la famille à se mettre dans des situations dont elle seule a le secret.

Tout est là, rien ne manque. Toute la magie des anciens tomes est là de nouveau. Les jeux de mots, l’humour, la tendresse.  Bon, par contre, gros carton ROUGE pour le devenir de la justice. Oui amis greffiers, j’ai la tristesse de vous annoncer notre disparition pour cause de coupes budgétaires. RIP…

Pour autant, j’ai été déçue. Déçue parce que c’est trop court. Déçue parce que pour la 1ere fois, Pennac divise en tomes. La conséquence en est que le livre est un peu long à démarrer et s’arrête net là ça commence à devenir intéressant. Alors on se doute que le reste viendra dans le prochain tome. Mais qu’est ce que c’est frustrant d’attendre !!!!!!

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Bonus

Je viens de valider mon dernier thème du challenge du Défi des 4 as !

Les trèfles au taquet !!!!!!!

4-as

Mort sur la Jogne

couv22497270.jpg

L’histoire :

Avril 1762. Un cadavre est repêché dans la Jogne. C’est un notable qui est décédé. On conclut à un malheureux accident. Mais des voix s’élèvent…2 jours plus tard, sa femme accouche d’un mort né et décède en couches.

Paris 1782. Célestin s’attend à participer à une fête grandiose. Sa grand-mère, craignant pour sa sécurité, l’envoie en Suisse, sur les terres de ses parents qui ont séjourné Féguières, au bord de la Jorgne, et qui ont connu Jacques Aragnin, le mort de la Jogne.

 

Mon avis :

Quel plaisir de retrouver Antoinette ! Je la remercie d’ailleurs très chaleureusement de m’avoir fait l’honneur de me donner à lire son 2nd roman.

J’avais tout simplement adoré Tanao. Ca se confirme avec ce livre. Antoinette Bourquenoud mérite d’être lue.

Là, on change énormément d’univers : une morte suspecte, des complots, de la suspicion, une quête de soi et de ses origines.  Mais on retrouve dans la description des paysages, toute la poésie de l’auteure, Les sublimes illustrations de Corentin Meige apportent un petit plus non négligeable. On croirait presque que ce sont les dessins de Célestin…

Les courts chapitres et la plume très fluide rendent cette lecture très addictive malgré un démarrage un peu lent à mon goût (mais c’est qu’elle chipotte en plus!!!!). L’intrigue est très prenante et on veut savoir… Malgré le récit un peu court, Antoinette Bourquenoud a réussi le pari ne nous faire nous attacher à tous les personnages (bon, sauf un mais si je vous dévoile lequel, il n’y aura plus de suspens).

Bref, je vous conseille cette lecture ++++

Bonus :

Avec cette lecture, je valide 2 challenges : -l’option 1 du Challenge des 4 As

– thème 2 du Challenge Destockage de PAL en duo