Frappe toi le coeur

couv51492361

L’histoire 

Marie est jeune, belle, « intelligente » (c’est son mari qui le dit) et crois qu’elle a toute sa jeunesse devant elle. Elle adore paraître et faire mourir de jalousie celles qui la côtoient. Sauf qu’une grossesse inattendue lui fait changer ses projets et lui fait rentrer dans une vie qu’elle n’a pas décidé (mariage, bébé etc). Quand sa fille Diane née, un sentiment de jalousie va apparaître.

Mon avis

Je reproche souvent à Amélie Nothomb de sortir trop de livres au détriment de la qualité. J’ai l’impression qu’en tant que valeur sûre, elle est forcée par son éditeur de sortir un bouquin à chaque rentrée littéraire. Sauf que là, Frappe toi le coeur déroge à la règle et m’a réconcilié avec l’auteure.

Marie, Olivier, Diane, Nicolas, Célia, Olivia… Les puristes vont me comprendre. ENFIN des prénoms normaux. Personnellement, je trouve que ça aide à s’identifier aux personnages.

Quant au thème… Il m’a profondément touché. Ok, je suis mère donc ça aide). Les relations mère/fille sont parfois difficiles.  Amélie Nothomb nous le démontre tout en pudeur. Alors oui, parfois c’est trash (ça reste sa marque de fabrique), parfois ça fait mal. Mais ça fait mouche, ça percute, c’est addictif et d’une justesse. On ressent tous les états d’âme de Diane qui passe de l’espoir à la colère jusqu’à une certaine forme de déni. Ce qu’elle vivra toute petite conditionnera toute sa vie, même ses choix professionnels.

Cette lecture ne laisse pas indifférent. Pour ma part, c’est son meilleur livre.

Publicités

Gabriële

couv12524836

L’histoire

Gabriële est jeune, belle et indépendante. Elle ne vit que par la musique. Alors qu’elle est en vacances chez ses parents, son frère, Jean, arrive avec un ami, Francis Picabia. Si, dans un premier temps, Gabriële est indifférente, elle va vite tomber amoureuse de Francis et faire des choix qui changeront sa vie à jamais.

Mon avis

Ce livre faisait partie de ma top liste rentrée littéraire. Aussi, quand les #MLR17 ont repris, et que j’ai vu qu’il faisait partie de la sélection, je n’ai pas hésité à postuler. Et j’ai eu le plaisir d’être sélectionnée. Un énorme merci de me faire confiance.

De prime abord, on se dit que ce roman ne sera pas accessible tant le monde dans lequel évoluent les différents personnages semble lointain. Et pourtant, j’ai été happée par cette histoire, très addictive. Les auteures réussissent à nous faire entrer dans leur famille, elles ne cachent rien et nous intègrent dans leurs errements. C’est intimiste certes sans pour autant tomber dans le voyeurisme. Leurs plumes sont tellement fluides. Ce roman à 4 mains évite toute cacophonie.

Si Anne et Claire ne connaissent rien de leurs aïeux, je dois dire que moi non plus. En vrai, je suis plutôt assez classique en matière d’art et suis beaucoup plus réceptive au « classique » qu’au contemporain. Le dadaïsme me rappelait mes cours de terminale L (bon, je vous rassure, des noms cités m’étaient connus comme Appollinaire, Picasso. Quand même). Grace à cette lecture, je me suis penchée sur les oeuvres de  Picabia et de Duchamp. Et je dois dire que j’ai eu une autre vision de ces oeuvres. Elles m’ont parues plus compréhensives, plus accessibles. Comme quoi, parfois il ne suffit de pas grand chose pour apprécier quelque chose. Je n’avais pas la clé pour comprendre ce mouvement pictural.

En cela, je remercie énormément les auteures et surtout Gabriële de m’avoir expliqué et d’avoir piqué ma curiosité.

Gabriële… Anti héroïne par excellence vouée à une existence insignifiante.  Et pourtant. S’est elle rendue compte de son vivant de son impact sur l’Art ? De ce qu’elle a apporté ? J’ai la faiblesse de croire que oui.

J’ai vraiment passé un excellent moment qui m’a donné envie de me ruer dans des expositions de peinture.

LogoMRL_Price

Bonus 

Je vous évite quelques recherches sur internet en vous postant quelques oeuvres de Picabia. Ne me remerciez pas 😉 Plaisir d’offrir.

Une colonne de feu

couv33563847

L’histoire

Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald.
L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France ou la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent…
Dans ce demi-siècle agité par le fanatisme qui répand la violence depuis Séville jusqu’à Genève, les pires ennemis ne sont cependant pas les religions rivales. La véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance aux tyrans décidés à imposer leurs idées à tous les autres – à n’importe quel prix.

Mon avis

Au risque de me répéter, quand on voit les livres de Ken Follet, on se dit qu’on n’arrivera jamais à bout de ses pavés. Et pourtant…

Dès les premières pages, on est happé par la plume de l’auteur. Ok, il y a pas mal de personnages, mais on ne s’y perd pas. Les différents protagonistes se croisent, s’évitent pour notre plus grand plaisir. Certains personnages sont attachants. Pour d’autres, on sent dès le départ que ça ne passera pas. Et effectivement, ça ne passe pas.

D’un point de vue historique, il faut reconnaître un véritable travail de recherches pour être au plus près de la réalité. Certes, les puristes pourront hurler devant certaines incohérences. Mais Ken Follet n’est pas historien. Il vulgarise l’Histoire, c’est différent. Et si ça permet de faire quelques recherches sur cette période pour compléter ses connaissances (ce que j’ai fait. L’Histoire de l’ Angleterre, je la connais dans les grandes lignes d’où de nombreuses lacunes), je dis banco !

Je reprocherais quand même quelques petites longueurs, notamment dans les descriptions de certaines batailles (la bataille navale m’a profondément ennuyé et j’ai lu en diagonal)

J’avoue que j’ai été très contente de revenir à Kingsbridge et je suis contente que Ken Follet décide d’en faire une saga. J’ai hâte de voir dans quel siècle il va nous amener la prochaine fois.

Miss Peregrine et les enfants particuliers (Tome2)

51ajhh0p2xl

L’histoire

Attention, si vous n’avez pas lu le 1er tome, ne lisez pas ce résumé !!!!!

Jacob, Emma et les autres enfants particuliers ont réussi à s’échapper de leur île et sont sur des frêles esquifs bien décidés à sauver Miss Peregrine qui ne retrouve plus sa forme humaine. Mais les Estres sont sur leurs trousses.

Mon avis

Toujours aussi addictif, j’ai lu ce tome en une journée (ok, j’étais en vacances donc ça aide encore plus).

On pouvait reprocher à ce tome certaines longueurs. Au contraire, je l’ai trouvé comme étant un tome de transition préparant un dernier tome que j’espère explosif.

Les enfants se transcendent et leur caractère s’affirme. Chacun arrive à tirer son épingle du jeu si bien que tous ont un rôle important dans cette intrigue (mention spéciale pour Hugh).

J’avoue que ça m’a fait du bien que tout ne tourne plus exclusivement autour de Jacob. Je commençais à me lasser de ses jérémiades.

J’ai beaucoup apprécié le fait de rencontrer d’autres enfants particuliers dont certains s’ignorent encore. Les errements sur le fait de vouloir les aider ou continuer leur lutte étaient assez intéressants.

Et le final… De quoi laisser imaginer une fin terrible.

Miss Peregrine et les enfants particuliers (Tome1)

51ajhh0p2xl

4éme de couverture

Jacob est un ado comme les autres, excepté qu’il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d’enfants qu’il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu’il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s’accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu’à suivre les dernières instructions qu’a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle…

Mon avis

Attention, grosse révélation : je crois que je commence à aimer la fantaisy. Alors oui, il y a eu Harry Potter (mais qui n’aime pas Harry Potter). Mais là, j’ai été de suite happée par l’histoire (livre lu en 2 jours, même si je suis en vacances) de Jacob. L’ambiance s’installe de suite et cette ambiance angoissante et oppressante ne nous quitte plus tout le temps de ce 1er tome. Les seules bouffées d’oxygène sont les passages à la pension de Miss Peregrine. Abe avait raison : si ce n’est pas le Paradis, ça y ressemble fortement.

On s’attache à tous les personnages : Jacob bien sûr mais également tous les enfants particuliers. Comment ne pas craquer face à leur particularité, leur innocence mais également face à leur détermination pour sauver leur espèce.

Alors oui, on peut reprocher une fin un peu abrupte. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un 1er tome d’une trilogie. Je dois dire que malgré tout, l’intrigue s’installe très rapidement et on sait très vite quel sera le combat de Jacob, Miss Peregrine et des enfants particuliers.

Une fois fini, je n’avais qu’une seule envie : me plonger dans le tome 2.

Bonus

Avec cette lecture, les treflous continuent le challenge des 4 as. Je devais faire une lecture commune. Si vous voulez lire l’avis de Dup, c’est ici !

4-as

Hortense

téléchargement (6)

L’histoire

Sophie est une femme quelconque. Aussi elle se demande pourquoi Sylvain, si beau, s’intéresse à elle. Quand elle tombe enceinte, c’est le bonheur absolu. Sauf pour Sylvain qui la quitte. Sophie donne naissance à une petite Hortense qui sera enlevée 2 ans plus tard par son père. Sophie ne la reverra jamais. Sauf ce jour, 22 ans après…

Mon avis

Gros coup de coeur ! Et pourtant, ce n’était pas gagné vu ce que j’avais lu et entendu sur ce livre. Tout et son contraire.

J’ai été de suite happée par l’intrigue. Le rythme est tellement prenant que la lecture devient vite addictive. J’ai lu Hortense en une seule journée.

On sent qu’il y a quelque chose de dramatique dès le début. Le fait qu’il y ait des extraits de procès-verbaux le démontrent. Cependant, il faut attendre le final qui est tout bonnement époustouflant. J’ai été littéralement sur les fesses (pour être polie).

Les personnages sont très bien décrits tant physiquement que psychologiquement. Bon, je l’avoue, si j’ai eu de la pitié pour Sophie au début (qui ne le serait pas vu ce qu’elle a vécu), elle m’a vite énervée ensuite. Son arrogance, sa trop forte victimisation, sa propension à être agressive quand on ne va pas dans son sens… On oscille dans les sentiments que l’on ressent pour elle.

J’avoue que j’ai été tout aussi perdue qu’Emmanuelle quand elle apprend la vérité. J’avoue que j’avais ma propre théorie qui a vite volé en éclat. Et vous savez quoi ? J’ai adoré ça !

La servante écarlate

La-servante-ecarlate

4éme de couverture

Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’Etat, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Evangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.

Mon avis

Imaginez un monde qui serait exclusivement sous le joug de la religion.

Imaginez qu’un matin, avant d’aller au travail, vous vouliez prendre un café ou votre magazine de presse préféré mais que votre carte bancaire ne passe pas. Arrivée sur votre lieu de travail, votre patron vous annonce, ainsi qu’à toutes vos collègues féminines, que vous n’avez plus le droit de travailler.

Imaginez que tous vos droits les plus basiques disparaissent peu à peu sans que personne ne réagisse parce que, après tout, c’est tellement inconcevable et ça ne va pas durer. Puis viennent les purges, les enlèvements et la soumission forcée. Le tout sous la crainte permanent des Yeux.

Vous êtes dans un monde où les femmes sont catégorisées entre les Epouses, les Martha, les Tantes, et les Servantes qui ne sont que des reproductrices, victimes « consentantes » de viol et qui ne peuvent se déplacer dans la rue à deux, n’ont plus le droit ni de parler, ni de lire. Les autres femmes ? Des non femmes cantonnées dans des camps à trier des déchets radioactifs.

Effrayant non ? Oui c’est l’est car c’est d’une réalité et d’une actualité déconcertantes. Comment ne pas y voir certains points communs avec des pays sous le joug de la religion ? Ce livre démontre les travers du fanatisme religieux quelqu’il soit. Mais surtout, il démontre les danger d’un attentisme et/ou d’un déni de la population qui  n’a pas réagi à temps. Et c’est plus cette analyse que je retiens plutôt que la version plus « féministe » qui pullule sur le net surtout depuis l’élection de Donald Trump. Oui, les femmes sont le premières victimes de ce nouveau pouvoir. Oui les droits de Femme y sont bafoués. Mais je trouve que c’est une vision un peu trop simpliste. Les droits des Hommes sont également bafoués. On ne sait pas ce qu’il est advenu du mari de cette servante. Le livre est taisant sur le rôle des Hommes. Pour une société où les femmes ne sont plus rien, je trouve que cette dernière est assez matriarcale avec la surpuissance des Epouses qui ont tous les droits sur les servantes. Mais ça ne reste que mon humble avis…

Même si j’ai eu un peu de mal à entrer dans cette lecture, le style de l’auteure étant un peu difficile, il faut absolument le lire pour éviter que cela arrive.