J’irai voter pour Bourbaki

couv40809959

4ème de couverture :

J’irai voter pour Bourbaki est d’abord un roman.
C’est aussi l’actualité.
C’est un roman qui fictionne et frictionne la réalité.
C’est surtout le cri d’une génération et c’est tout un programme.

 

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Mon avis

Quand j’ai vu ce partenariat, je me suis dit que ce livre serait parfait en cette période de grosses échéances électorales (présidentielle, législatives et sénatoriales). La 4ème de couverture m’a intriguée.

Dès le départ, j’ai été absorbée par cette histoire de spam-qui-amène-à-une-réflexion-et-que-je-pensais-pas-que-j’allais-réfléchir-autant.

Indéniablement, ce livre pousse à la réflexion. L’auteur pose des choses comme cela, mine de rien mais quand même, tu te dis que « oui, c’est pas con en fait ».

Alors, je suis peut être autant dithyrambique parce que j’adhère totalement aux propos tant de Lana que d’Aurélien. Mais la plume de l’auteur y est aussi pour quelque chose. Très actuelle et précise, elle nous met directement dans le bain.

Difficile de chroniquer ce livre sans en dévoiler trop la substance. L’auteur part de l’échéance électorale à venir pour brasser différents thèmes tout aussi actuels que menant à la réflexion : confiance en la politique, rôle des réseaux sociaux, Big Brother, l’écologie…

On pourrait croire à un méli-mélo d’idées sans aucune construction logique. Détrompez-vous : tout est parfaitement maîtrisé. Et vous n’aurez qu’une seule envie en  terminant ce livre  : celle de vous engagez. Soit en votant (parce que l’abstention peut être un problème). Soit en participant activement à la sphère politique. L’auteur pose les jalons d’une nouvelle forme de participation politique. On y adhère ou pas. Elle peut paraître utopique voire fantaisiste. Personnellement, je pense qu’au contraire, elle serait la moins pire des solutions. La Société se renouvelle et s’adapte. Pourquoi pas la politique ?

Mais après cette lecture, je me suis demandée s’il s’agissait réellement d’une fiction… La démocratie participative ne serait-elle pas déjà en germe quelque part ?

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Bonus

Je remercie Livraddict et les éditions Iggybook de m’avoir sélectionnée pour ce partenariat et pour m’avoir permis de faire une si belle découverte.

Pour les petits curieux, je vous invite à aller sur leur page Facebook.

Bilan 2016

Eh oui, c’est le dernier jour de l’année. D’habitude, je ne fais pas de petits bilans. Trop fastidieux à faire.

Mais une fonction sur Livraddict me facilite grandement la tâche  : la fonction « stats »

Donc, pour 2016 j’ai

Lu : 40 livres

Soit : 16.321 pages

Soit… Non, je ne compterai pas les mots

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

J’ai vibré pour

Le confident

Tanao et le couple de la Brume

Beloved

Le chant du Rossignol

Je m’appelle Léon

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

C’était « ouais, j’ai lu mais bon »

La saga After

Gatsby le Magnifique

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Dans la catégorie « ça se confirme : j’aime beaucoup cet auteur »

Eric Emmanuel Schmitt (sans surprise ^^)

Ken Follet

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Alors, maintenant, passons aux traditionnels voeux : je vous souhaite une très belle année 2017. Elle ne peut être que bonne vu que 2017 rime avec « raclette », « bronzette » et pleins d’autres mots dont certains ne sont pas très prononçables sur un blog

10437710-bonne-annee-2017-exemples-de-message-texte-sms-et-citation-de-meilleurs-voeux-2017

Le confident

812mvuhlghl

4ème de couverture

Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psychologique dans un scénario implacable.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Mon avis

Ce livre est un véritable coup de ♥ . Je ne m’attendais pas à être autant captivée par cette histoire. Et pourtant, elle est dérangeante. Voire même trop dérangeante.

On découvre cette dramatique histoire en même temps que Camille qui reçoit les courriers. L’histoire paraît tellement inconcevable que oui, comme Camille, j’ai pensé que c’était quelqu’un qui lui envoyait un roman (Camille est éditrice).

Mais quand le couperet tombe, quand on découvre la réalité, on n’a qu’une envie : massacrer cette Madame M.

L’écriture d’Hélène GREMILLON est fluide mais très efficace. Et quelle maîtrise du suspens… Ce livre se dévore sans que l’on s’en rende compte. Il est captivant et addictif. On s’attache tellement aux personnages qu’on a du mal à les lâcher. Et pourtant, il le faut…

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Bonus

Je remercie Stellade d’avoir sélectionné (entre autre) ce livre dans ma PAL

958642challenge3

Marion, 13 ans pour toujours

51xyk6vknl-_sx327_bo1204203200_

L’histoire

Marion s’est suicidée. A 13 ans. Passé le choc, les parents veulent comprendre pourquoi ce geste. A travers leur enquête, ils vont découvrir que leur fille était harcelée.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Mon avis

Il y a peu, une fiction tirée de ce livre a été diffusé sur France 3. Autant j’ai été bouleversée, irritée, très énervée en regardant ce téléfilm, autant j’ai moins ressenti ces émotions en lisant le témoignage de la mère de Marion.

Bien que l’intérêt du livre est indéniable (ce livre devrait être lu tant par les parents que par les ados), j’ai un petit goût amer.

Certes, Nora Fraisse a écrit ce livre un an après le suicide de sa fille. Mais, et c’est tout à fait légitime, on ressent toute sa colère et son manque de recul face aux faits. Pour exemple, son comportement face à Romain, le petit ami de Marion. Elle reconnaît trop rapidement qu’elle a été injuste envers lui.

Ce livre est l’exemple qu’écrire sous le coup de l’émotion, même si c’est salvateur, ne donne pas forcément le meilleur de lui même. J’ai eu l’impression tout au long de ma lecture d’un certain règlement de compte entre Nora Fraisse et l’Administration (scolaire plus particulièrement). Forcément, comme nous n’avons que le point de vue de la mère, ce sera purement subjectif et nous ne saurons pas réellement ce qui a été fait/tenté/caché par l’Education Nationale. Et je trouve cela dommage parce que ça enlève un peu de l’essence même de ce livre : alerter sur le harcèlement scolaire. Un écrit plus sobre aurait été, à mon sens, encore plus percutant. MAIS, il FAUT lire et faire lire ce livre.

Gageons que ce livre a été écrit encore sous le coup de la colère et de la peine que ces dernières s’estomperont un peu avec le temps.

Inferno

couverture-livre-inferno-fr-707x1024.jpg

L’histoire

Les endroits les plus sombres de l’enfer sont réservés aux indécis qui restent neutres en temps de crise morale.

Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l’hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n’a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi se retrouve-t-il à Florence ? D’où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon va s’enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu’il est en possession d’un message codé créé par un éminent scientifique – un génie qui a voué sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n’a d’égale que sa passion pour l’une des œuvres de Dante Alighieri : le grand poème épique Inferno.

Pris dans une course contre la montre,Langdon et Sienna remontent le temps à travers un dédale de lieux mythiques, explorant passages dérobés et secrets anciens, pour retrouver l’ultime création du scientifique – véritable bombe à retardement – dont personne ne sait si elle va améliorer la vie sur terre ou la détruire.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Mon avis

C’est l’histoire d’un mec qui trouve qu’on est un peu trop nombreux sur Terre et que si on ne fait rien, ben, on va tous crever (Didier Super, si tu me regardes)

Alors il se dit “tiens, si je faisais quelque chose pour éviter cela. Genre, une espèce d’apocalyspe. En voilà une idée qu’elle est bonne”

Sauf que c’est plus subtil que cela et surtout, beaucoup beaucoup plus perfide.

On découvre tout le puzzle en même temps que Robert Langdon. Lui est amnésique. Nous, on découvre l’histoire. Du coup, on hésite comme lui. On essaie de comprendre en même temps que lui. On se plante, parfois, comme lui.

J’ai adoré ces errements, ces doutes qui s’installent en nous, le fait de ne pas savoir qui est le gentil et qui est le méchant, de tomber des nues face à certaines révélations…

Par contre, j’ai trouvé que le roman souffrait de quelques longueurs. Pas tant au niveau des descriptions des lieux qui donnent réellement envie de visiter Florence, Venise et Istambul. Pas tant non plus au niveau des nombreuses références littéraires, picturales et historiques. Non, ce qui m’a gêné, ce sont les trop nombreuses répétitions notamment lorsque l’auteur mentionne le visionnage de la vidéo annonciatrice de tous les malheurs. Trop, c’est trop.

Une autre chose qui m’a gêné, c’est les très nombreuses phrases tantôt en italien, tantôt en turc. Je ne parle absolument pas ces deux langues (mon italien se résume à “Sono francese et no parlo italiano” “dove e toiletti” “vorei un gelato”). Du coup, j’avais l’impression que l’auteur voulait nous cacher certaines choses par ces phrases non traduites…

C’était la 1ère fois que je lisais Dan Brown et je n’ai pas été déçue par cette lecture qui m’a donné envie de lire plus de livres de cet auteur.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Bonus

Grâce à cette lecture, je valide mon 2eme thème du Challenge Destockage de PAL en duo (thème : un livre dont le titre inspire la peur, l’angoisse)

destockage-pal-duo-600x367

Harry Potter et l’enfant maudit

couv29013997

L’histoire

Plusieurs années sont passées. Harry Potter travaille maintenant au ministère de la magie. Il est marié à Ginny et ont 3 enfants. Hermione et Ron sont mariés également et parents d’une petite Rose. Drago a un fils, Scorpius.

Mais aucune formule magique aide les papas devant un ado en pleine rébellion. Harry va l’apprendre à ses dépens quand son fils, Albus, fera sa petite crise d’adolescence, quitte à commettre la pire des bêtises.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Mon avis

Contrairement à beaucoup, je trouvais que JK Rowling avait bien terminé sa saga. Mais j’étais curieuse de savoir comment on allait aborder les choses.

J’ai été assez agréablement surprise par cette pièce de théâtre. Je dois dire que j’ai eu, au début, un peu de mal à entrer dans l’histoire. Je trouvais que les choses se mettaient trop lentement en place et que c’était un peu trop « gnangnan ».

Mais une fois l’intrigue mise en place, on est vite happé et on a du mal à lâcher. Cependant, je regrette que l’intrigue ne soit pas plus dense. Je suppose que c’est le fait que ce soit une pièce de théâtre qui veut ça. Il y avait suffisamment de matière pour, à mon sens, faire 2/3 livres.

Mais on retrouve la magie des premiers livres. Des noms qui nous sont très familiers et qu’on a l’impression de ne pas avoir trop quitté.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Bonus

Avec cette lecture, je termine mon challenge le défi des 4 as (et toujours avec des trèfles, symbole de mon équipe)

4-as

Le dernier gardien d’Ellis Island

couv63350363

L’histoire

Dans quelques jours, le centre d’immigration d’Ellis Island va fermer. Et son dernier gardien se souvient des années passées dans ce lieu si particulier.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Mon avis

Ellis Island. Je connais pour l’avoir étudié en long, en large et en travers en anglais.

Je m’attendais, dans ce livre, à retrouver une compilation d’histoires aussi diverses et variées. Des histoires d’espoirs déçus. Cependant, je n’ai eu que l’histoire de John Mitchell.

La plume est assez fluide. Le fait de lire les dernières pensées de John couchées sur le papier est une bonne idée. Gaëlle JOSSE a l’art de très bien manier le suspens, arrêtant les « courriers » au bon (ou mauvais) moment.

Mais, je n’ai pas été plus emballée que cela. Au final, on n’a que l’histoire de John qui parle de ses faiblesses, de ses doutes, de ses amours. Et je dois dire, que par moments, c’est lassant. J’aurais préféré que l’auteure pousse un peu plus  dans l’analyse des sentiments. Le récit aurait gagné en profondeur.

Avec cette lecture, je valide mon 1er thème du challenge Destockage de PAL en duo (Thème 1 – Un livre dont le nom de l’auteur commence par N, D, J, F )

destockage-pal-duo-600x367