Le Tour du monde du Roi Zibeline

couv32999131

4ème de couverture

« Mes amis, s’écria Benjamin Franklin, permettez-moi de dire que, pour le moment, votre affaire est strictement incompréhensible. Nous ne demandons qu’à vous l’expliquer, dit Auguste. Et d’ailleurs nous avons traversé l’Atlantique pour cela. Eh bien, allez-y. C’est que c’est une longue histoire. Une très longue histoire, renchérit Aphanasie, sa jeune épouse que Franklin ne quittait plus des yeux. Elle traverse de nombreux pays, elle met en scène des drames et des passions violentes, elle se déroule chez des peuples lointains dont les cultures et les langues sont différentes de tout ce que l ‘on connaît en Europe… Qu’à cela ne tienne ! Au contraire, vous mettez mon intérêt à son comble ». Comment un jeune noble né en Europe centrale, contemporain de Voltaire et de Casanova, va se retrouver en Sibérie puis en Chine, pour devenir finalement roi de Madagascar… Sous la plume de Jean-Christophe Rufin, cette histoire authentique prend l’ampleur et le charme d’un conte oriental, comme le XVIIIe siècle les aimait tant.

Mon avis

Ce que j’aime chez Rufin, c’est son grand talent de conteur. J’ai été littéralement happée par cette histoire d’Auguste Benjowski qui a réellement existé (si si, il a même sa page wikipédia )

Il est vrai qu’au début, j’ai été sceptique (tout comme les  proches de Franklin). Je me suis demandée si ces personnages étaient réels ou imaginaires. Mais la précision historique de l’auteur est telle qu’elle lève tout ambiguïté. Et cela nous permet d’en apprendre un peu plus sur les enjeux économiques de cette nouvelle forme de « mondialisation ». On pourra reprocher cependant des réflexions trop rapides sur les Lumières même si je pense que l’auteur n’a pas voulu trop pousser la réflexion au risque de tomber dans le récit philosophique.  (période ô combien très intéressante).

Et qu’est ce qu’on voyage  avec Auguste et Aphanasie.  Les descriptions des paysages sont absolument sublimes et très précis. On tremble de froid en Sibérie, on sent la mousson en Asie. Un véritable périple sans bouger de chez soi…

Encore une fois, Rufin prouve qu’il fait partie de mes auteurs fétiches.

Publicités

L’Abyssin

téléchargement (5)

4ème de couverture

 » Quelque chose, pourtant, lui disait qu’il pouvait réunir l’inconciliable, c’est-à-dire ne renoncer ni au désir qu’il avait de connaître l’Abyssinie et de s’y illustrer, ni à la tentation de conquérir l’inaccessible Alix de Maillet, dont tout en lui proclamait qu’elle n’avait été créée que pour le rencontrer et le rendre heureux.
Voilà, pensa-t-il, c’est exactement cela. Il y a entre elle et moi d’extraordinaires obstacles ; seules d’extraordinaires circonstances peuvent les surmonter. Si j’étais resté au Caire, je ne l’aurais jamais vue, jamais approchée et rien n’aurait été possible. Mais la mission qui m’est confiée, en me faisant affronter de grands périls, peut m’assurer en retour un grand triomphe. je vais en Abyssinie, je guéris le Négus, je reviens avec l’ambassade qu’on me demande, je l’accompagne à Versailles.
Louis XIV me fait noble et le consul ne peut plus me refuser sa fille. Il avait cru d’abord, sans enthousiasme, que sa mission servait seulement les desseins du Roi de France et du Pape. Maintenant, il réalisait qu’elle pouvait être aussi l’instrument de son bonheur. La chose devenait autrement sérieuse…  »

Mon avis

La 4ème de couverture donne envie. Et j’adore Rufin. Pourtant, ce livre traînait dans ma PAL depuis un bout de temps. Allez savoir pourquoi…

Ce que j’aime chez cet auteur, c’est sa capacité, un peu comme Ken Follet, à faire passer les pavés comme une lettre à la poste. Ces quelques 700 pages passent à une vitesse… On est de suite pris par cette histoire. Et on voyage…

On voyage dans le temps. Rufin nous a déjà prouvé, notamment avec le Grand Coeur ou Rouge Brésil qu’il maîtrise plusieurs périodes historiques. Il confirme que ses romans sont à chaque fois le fruit d’une réelle recherche historique et on apprend pas mal de choses.

Ensuite, on voyage tout court. Les talents de conteur de Rufin font qu’on sent les odeurs,  on voit les paysages. On est en Abyssinie et ce qui est fort, c’est qu’on ne bouge même pas de son canapé ! Et on ne dépense quasiment rien en plus (juste le prix du livre)

Rufin confirme encore une fois qu’il est l’un de mes auteurs fétiches…

Bonus

Dernière lecture validée pour le défi des 4 As !

Les tréflous, j’ai rempli mon contrat !!!!!!

4-as