Damné (tome 3)

couv27823028

L’histoire

Gondemar part dans Ch’nord de la France (enfin, pas chez les ch’tits quand même) enfin de retrouver la 2nde partie de la Vérité. Mais rien ne va se passer comme il l’espérait…

Mon avis

C’est avec un grand plaisir (mais aussi, une certaine frustration) que j’ai retrouvé Gondemar, Pernelle et leurs plus ou moins amis pour la suite de cette quête qui est très très addictive.

Bon, par moments, j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs et que Gondemar tournait un peu en rond notamment quand il recherche la fameuse entrée. Quel boulet parfois…Pourtant, c’était tellement évident !!!!!Et ça manquait d’injures et autres gros mots à mon sens…

Pour autant, la plume de l’auteur est toujours très agréable à lire et la description des sentiments des protagonistes est beaucoup plus poussée (pour mon plus grand plaisir).

Je dois dire que je n’ai pas vu la fin venir. Je me suis pris un sacré coup sur la tête. Je n’avais qu’une hâte : lire la suite. Mais… (il y a toujours un mais) Je pensais avoir mis sur ma liseuse (obligatoire dans la valise pour en limiter le poids) le dernier tome. Eh ben non ! D’où ma frustration extrême…

giphy

 

Publicités

Damné Tome 2 : le fardeau de Lucifer

couv45968045

4ème de couverture

Gondemar a maintenant découvert la nature même de la Vérité et s’en trouve ébranlé. Cette révélation lui a été faite à Montségur par l’Ordre des Neuf.

Devenu maître de l’Ordre, il prend connaissance d’instructions laissées par le fondateur à l’intention de ses successeurs. Il y apprend qu’Hugues de Payns a créé deux Ordres distincts, chacun détenant une part de la Vérité et chacun ignorant tout de l’autre. Une seule personne connaît les deux emplacements : le Cancellarius Maximus, unique juge du moment ou leur contenu sera réuni et révélé au monde.

D’ici là, chaque Ordre doit protéger sa moitié du secret. Le temps venu, celui qui sera chargé de regrouper les deux parties deviendra le porteur de Lumière.

Dans ce deuxième tome, Gondemar de Rossal se rend à Toulouse. Il y fait la connaissance du comte Raymond Roger de Foix, frère de dame Esclarmonde, et de son fils Roger Bernard II. Il y rencontre aussi, en la personne de Cécile de Foix, l’amour et la tendresse auxquels le damné en sursis qu’il est n’a jamais eu droit.

Mon avis

Morte-couille, revoilà les aventures de Gondemar. L’occasion pour moi de ressortir mon GIF « visiteurs »

 

giphy

Parce que oui, ce tome 2 est encore plus sanguinolent, plus vulgaire, plus violent. MAIS, il ne faut pas oublier que nous sommes au Moyen-Age, dans un contexte de guerre et dans un milieu exclusivement masculin. D’où du sang, de la gicle et du mollard (et profusion d’injures).

Et comme pour le 1er tome, j’ai été happée par l’histoire. J’ai dévoré ce 2ème tome en un rien de temps. On ne s’ennuie pas. Tout s’enchaîne à une vitesse.

Mais ce que j’ai particulièrement aimé dans ce tome, c’est de trouver un Gondemar beaucoup plus humain. Un Gondemar qui tombe amoureux, qui pleure un être cher, qui doute. Je n’ai qu’une envie, lire la suite sans attendre.

Bonus

Vous vous souvenez du Défi des 4 AS ?

Mon équipe, les ♥ ont remporté la première session. Du coup, pour cette nouvelle session, nous avons dû choisir les thèmes.

Les voici : Défi 1 – Un livre dont l’auteur porte le même prénom qu’un membre de notre famille

Défi 2 –  Vous prendrez le chiffre de votre date de naissance et lirez le livre du rang en question de votre liste PAL sur LA

Défi 3 – Lire un roman dont la couleur dominante de sa couverture est une couleur primaire (bleu rouge ou jaune)
Défi 4  – livre dont le titre fait référence à la musique

Damné était à la place 22 de ma PAL. Mon défi n°2 est validé !

le challenge 4 as 2018

Damné Tome 1 : l’héritage des Cathares

couv30234305

4ème de couverture

Dès sa naissance, en l’an 1185, le fils du seigneur de Rossal est différent des autres. Entré en ce monde le visage voilé, le jeune Gondemar ne vivra que parce que la succession de la seigneurie l’exige. Objet de la méfiance superstitieuse des serfs, il trouvera refuge auprès du père Prelou et de Pernelle, sa seule amie. Mais Gondemar n’est pas né pour le bonheur. La solitude doit être son lot.

L’année de ses quatorze ans, Gondemar fait la connaissance de Bertrand de Montbard, templier défroqué, engagé comme maître d’armes afin de protéger Rossal. Avec le temps, l’adolescent verra en Montbard le père puissant qu’il n’a jamais eu. Après un entraînement qui frise la cruauté, le futur seigneur devient un guerrier redoutable. Jusqu’au jour où il est assassiné.

Ironiquement, c’est à cet instant que s’amorce la vraie destinée de Gondemar de Rossal. Ramené d’entre les morts après un séjour en enfer, il a désormais pour mission de protéger la Vérité, dont il ne connaît ni la nature ni l’emplacement. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il doit suivre la route du Sud et qu’il doit mener cette quête afin de trouver le salut de son âme. Sur son chemin, cathares, templiers et croisés se succèderont.

Et cette Vérité qu’il doit sauvegarder lui dévoilera un pan méconnu de l’histoire.

Mon avis

Attention, même si, pour le moment, je n’ai lu que le 1er tome, je sens vite que cette saga va être un coup de coeur.

Cette lecture me réconcilie avec le Moyen-Age. Moi qui trouvais cette époque inintéressante (sauf pendant mes cours d’histoire du droit avec les explications sur la Question et autres), je dois dire que j’ai revu mon jugement. Non seulement elle est très riche historiquement mais la dimension ésotérique de cette période amène à toutes les interprétations religieuses possibles. Et Damné en fait partie.

En général, je reproche aux 1er tomes d’être un peu trop planplans et d’installer trop lentement l’intrigue. Ici, il n’en est rien. Dès le début, on est mis dans l’ambiance. Et l’intrigue s’installe dès le milieu de la lecture.

Les personnages sont très attachants. Si, je vous le jure. Les descriptions somptueuses et donnent envie de visiter la région. Bon, après, il faut avoir le coeur bien accroché face à cette violence et ne pas être réfractaire à la vulgarité parce que « couilles » et autres joyeux mots sont légions.

 

giphy

Mais en même temps, c’est l’époque qui veut cela…

En tout cas, j’ai hâte de lire la suite !