Damné Tome 1 : l’héritage des Cathares

couv30234305

4ème de couverture

Dès sa naissance, en l’an 1185, le fils du seigneur de Rossal est différent des autres. Entré en ce monde le visage voilé, le jeune Gondemar ne vivra que parce que la succession de la seigneurie l’exige. Objet de la méfiance superstitieuse des serfs, il trouvera refuge auprès du père Prelou et de Pernelle, sa seule amie. Mais Gondemar n’est pas né pour le bonheur. La solitude doit être son lot.

L’année de ses quatorze ans, Gondemar fait la connaissance de Bertrand de Montbard, templier défroqué, engagé comme maître d’armes afin de protéger Rossal. Avec le temps, l’adolescent verra en Montbard le père puissant qu’il n’a jamais eu. Après un entraînement qui frise la cruauté, le futur seigneur devient un guerrier redoutable. Jusqu’au jour où il est assassiné.

Ironiquement, c’est à cet instant que s’amorce la vraie destinée de Gondemar de Rossal. Ramené d’entre les morts après un séjour en enfer, il a désormais pour mission de protéger la Vérité, dont il ne connaît ni la nature ni l’emplacement. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il doit suivre la route du Sud et qu’il doit mener cette quête afin de trouver le salut de son âme. Sur son chemin, cathares, templiers et croisés se succèderont.

Et cette Vérité qu’il doit sauvegarder lui dévoilera un pan méconnu de l’histoire.

Mon avis

Attention, même si, pour le moment, je n’ai lu que le 1er tome, je sens vite que cette saga va être un coup de coeur.

Cette lecture me réconcilie avec le Moyen-Age. Moi qui trouvais cette époque inintéressante (sauf pendant mes cours d’histoire du droit avec les explications sur la Question et autres), je dois dire que j’ai revu mon jugement. Non seulement elle est très riche historiquement mais la dimension ésotérique de cette période amène à toutes les interprétations religieuses possibles. Et Damné en fait partie.

En général, je reproche aux 1er tomes d’être un peu trop planplans et d’installer trop lentement l’intrigue. Ici, il n’en est rien. Dès le début, on est mis dans l’ambiance. Et l’intrigue s’installe dès le milieu de la lecture.

Les personnages sont très attachants. Si, je vous le jure. Les descriptions somptueuses et donnent envie de visiter la région. Bon, après, il faut avoir le coeur bien accroché face à cette violence et ne pas être réfractaire à la vulgarité parce que « couilles » et autres joyeux mots sont légions.

 

giphy

Mais en même temps, c’est l’époque qui veut cela…

En tout cas, j’ai hâte de lire la suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s