Une colonne de feu

couv33563847

L’histoire

Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald.
L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France ou la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent…
Dans ce demi-siècle agité par le fanatisme qui répand la violence depuis Séville jusqu’à Genève, les pires ennemis ne sont cependant pas les religions rivales. La véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance aux tyrans décidés à imposer leurs idées à tous les autres – à n’importe quel prix.

Mon avis

Au risque de me répéter, quand on voit les livres de Ken Follet, on se dit qu’on n’arrivera jamais à bout de ses pavés. Et pourtant…

Dès les premières pages, on est happé par la plume de l’auteur. Ok, il y a pas mal de personnages, mais on ne s’y perd pas. Les différents protagonistes se croisent, s’évitent pour notre plus grand plaisir. Certains personnages sont attachants. Pour d’autres, on sent dès le départ que ça ne passera pas. Et effectivement, ça ne passe pas.

D’un point de vue historique, il faut reconnaître un véritable travail de recherches pour être au plus près de la réalité. Certes, les puristes pourront hurler devant certaines incohérences. Mais Ken Follet n’est pas historien. Il vulgarise l’Histoire, c’est différent. Et si ça permet de faire quelques recherches sur cette période pour compléter ses connaissances (ce que j’ai fait. L’Histoire de l’ Angleterre, je la connais dans les grandes lignes d’où de nombreuses lacunes), je dis banco !

Je reprocherais quand même quelques petites longueurs, notamment dans les descriptions de certaines batailles (la bataille navale m’a profondément ennuyé et j’ai lu en diagonal)

J’avoue que j’ai été très contente de revenir à Kingsbridge et je suis contente que Ken Follet décide d’en faire une saga. J’ai hâte de voir dans quel siècle il va nous amener la prochaine fois.

Publicités

Un commentaire sur « Une colonne de feu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s