L’hiver du monde

9782253125969-001-t

4ème de couverture

Entre 1933 et 1949, des salles de bal de Buffalo aux chambres du Parlement anglais, de la bataille de Normandie au terrible Blitz, L’Hiver du monde entraîne le lecteur dans le tourbillon de la Seconde Guerre mondiale.

Dans La Chute des géants, cinq familles – américaine, russe, allemande, anglaise et galloise – se sont croisées, aimées et déchirées au rythme de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe. À l’aube des grands bouleversements politiques, sociaux et économiques de la seconde moitié du XXe siècle, ce sont désormais leurs enfants qui ont rendez-vous avec l’Histoire.
Pouvant se lire indépendamment du premier tome, L’Hiver du monde raconte la vie de ces êtres au destin enchevêtré pour qui l’accession au pouvoir du IIIe Reich et les grands drames de la Seconde Guerre Mondiale changeront le cours de leur vie pour le meilleur comme pour le pire.

Carla von Ulrich, née à Berlin d’un père allemand et d’une mère anglaise, va subir de plein fouet les affres du nazisme jusqu’à ce que, décidée à reprendre sa vie en main, elle entre en résistance… Les frères américains Woody et Chuck Dewar, chacun portant un lourd secret, empruntent deux voies différentes au moment de l’entrée en guerre des États-Unis, l’un s’engageant dans la politique à Washington, l’autre combattant dans la jungle des îles du Pacifique… Lloyd Williams, brillant étudiant et très engagé politiquement, à l’instar de ses parents, se porte volontaire pour combattre les fascistes durant la guerre civile espagnole, au prix de certains de ses idéaux… Daisy Peshkov, belle et ambitieuse jeune fille, s’éprend du mauvais garçon, le suffisant et lâche Boy Fitzherbert, avant de prendre conscience que le véritable amour n’est ni intéressé ni prévisible… Quant à Volodya, le cousin de Daisy, espion pour les renseignements russes, il va peu à peu remettre en question les agissements de son gouvernement au point que ses actes affecteront non seulement cette guerre, mais également la Guerre froide à venir.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Mon avis

Alors oui, quand on prend un livre de Ken Follet, on se dit « youlala ! C’est un sacré pavé ça encore ». Oui. On pense tous cela. Et puis, on se demande comment il peut écrire autant (le plus petit livre ne fait que 500 pages mais comptez une moyenne de 1.000 pages). On se dit que forcément, quantité ne veut pas dire qualité. Mais non ma petite dame ! Avec Ken Follet, on a la quantité ET la qualité.

J’ai lu il y a un bout de temps La chute des Géants. Je pensais que j’allais tout oublier et me prendre. Et bien non. On retrouve les enfants (et leurs parents héros du 1er tome). Enfants qui sont devenus grands, les années passant. Ils se détachent de leurs parents ou, au contraire, s’en rapprochent. Et on s’attache à eux comme on s’est attaché à leurs parents.

Ken Follet ne fait pas que de parler que de la 2nde guerre mondiale. Il s’attache à nous décrire avec précision, l’avant, ce qui a fait que cette horreur est arrivée. Parce que oui, Ken Follet ne mâche pas ses mots et ne nous épargne rien du tout.

Allez, pour pinailler, je vais reprocher ce que je lui ai reproché au 1er tome : pourquoi n’y a-t-il pas de famille française ???? On ne parle que de nous que par mentions (lors du débarquement par exemple, et encore, furtivement). Ken, on t’aime ! Pourquoi tu nous le rends pas ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s