Le Grand Coeur

couv69976919

L’histoire  (4eme de couverture) : Dans la chaleur d’une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie et tente de démêler l’écheveau de son incroyable destin. Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la Guerre de Cent ans. Il a changé le regard sur l’Orient, accompagnant le passage des Croisades au commerce, de la conquête à l’échange. Comme le palais auquel il a laissé son nom, château médiéval d’un côté et palais renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Il a voyagé à travers tout le monde connu, aussi à l’aise dans la familiarité du pape que dans les plus humbles maisons. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-quatre ans. Au faîte de sa gloire, il a connu la chute, le dénuement, la torture puis, de nouveau, la liberté et la fortune. Cet homme, c’est Jacques Coeur.

Mon avis : Je tiens à remercier la team L@ et les éditions Folio pour ce partenariat qui ne m’a pas laissé indifférente.

L’éditeur nous prévient « Il faut tout oublier de ce que l’on sait sur le Moyen Age et plonger dans la fraîcheur de ce livre ». Je n’ai pas eu beaucoup besoin d’oublier vu que mes connaissances en cette période historique sont quasi nulles (je ne savais même pas qu’Agnès Sorel avait existé et que c’est elle qui est représentée sur la couverture). J’ai eu du mal à situer cette histoire. Heureusement que l’auteur a mentionné Jeanne d’Arc.

Rufin signe là encore une grande fresque très documentée. J’ai été agréablement surprise de savoir que ce Jacques a réellement existé et quel a été son parcours.

Le style employé (Jacques écrit ses mémoires) procède à entrer plus dans le personnage, à le comprendre,  à l’apprécier. J’ai été par moments déstabilisée par les flash back entre le moment où Jacques écrit et où il revient sur son passé. Malgré tout, on s’y habitue.

En revanche, il faut noter que le rythme du livre est assez inégal. Tout part très vite, le rythme est soutenu. Puis, lorsque Jacques évoque les tractations avec le roi, je me suis un peu ennuyée. L’envie de poursuivre m’est revenue avec l’évocation d’Agnès et le final du livre.

Comment ne pas s’attacher aux personnages ? J’ai particulièrement aimé celui d’Agnès, femme forte qui refusera son destin, mais également Marc, le fidèle compagnon qui jusqu’au bout fera preuve d’une extrême loyauté envers Jacques Coeur.

Quant à Jacques… Il est l’archétype du personnage curieux, aventureux, rêveur, anti-conformiste et pacifiste. Là où il pourrait embrasser le rôle qui sied à son rang, il n’en fait rien : il commerce avec l’Orient au lieu de coloniser les habitants (on lui reprochera même d’avoir rendu un Maure à son pays plutôt que de le ramener en France pour lui faire embrasser la religion catholique), il essaie de comprendre le Roi pour mieux le « manipuler » sans pour autant y parvenir. Il pourrait être désabusé, amer face à toutes les mesquineries et tous les coups bas qu’il recevra mais non. Rien n’a d’importance à ses yeux que la liberté. On s’en rend particulièrement compte lors de sa retraite dans le monastère (je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler la fin). Jacques est également un visionnaire (ne devons nous pas voir les débuts de la mondialisation des échanges ?), qui dénote par rapport à l’obscurantisme, principale caractéristique du Moyen-Age.

La juriste que je suis ne pouvait passer à côté de la critique de l’auteur face aux procédés juridiques de l’époque. Il s’agit d’une critique sensée et parfaitement fondée du système inquisitoire régnant en ces temps là où la question était le seul mode de preuve accepté et où le jugement était déjà tout fait. Ça m’a rappelé de bons souvenirs de mes cours d’histoire du droit (oui, je les ai beaucoup aimés).

Ce roman confirme la première impression que j’ai eue de Rufin. Même si j’ai préféré Rouge Brésil, il n’empêche que le Grand Coeur me donne envie de poursuivre avec cet auteur.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s