La Garçonnière

Quand Price Minister a lancé une nouvelle édition du Match de la rentrée littéraire, je n’ai pas hésité une seconde.

Cette année, grâce à eux, j’ai pu faire la connaissance d’Hélène GREMILLON. Et je les remercie grandement et chaleureusement…

L’histoire : Lisandra, la femme de Vittorio, un psychiatre renommé, est retrouvée morte. Tout l’accuse : il est retrouvé à côté du corps de son épouse et il ferait le parfait meurtrier. Enfin, c’est ce que pense la police argentine pendant une des périodes des plus sombres de son histoire.

Seule Eva-Maria, une patiente de Vittorio, victime elle aussi de la dictature argentine, ne croit pas en sa culpabilité. Au travers des récits des patients de son psychiatre, elle va tenter de trouver le véritable coupable.

Mon avis : c’est la première fois que je lis un livre de cette auteure et je dois dire que j’ai été de suite touchée par sa plume. Le style est très simple mais percutant. Même si parfois les termes sont crus (notamment quand Alicia évoque la ménopause des femmes ou le récit de l’adultère), même si certains récits sont atroces à lire (la scène de torture), j’ai beaucoup aimé ces errements au travers de l’âme humaine.

Parce que ce livre ne raconte pas seulement une recherche de la vérité. Il permet également, à l’instar d’une véritable analyse (d’ailleurs, Vittorio ne refait-il pas une nouvelle analyse d’Eva-Maria ?), de se trouver et de se poser certaines questions. A force de vouloir trouver la vérité, arrivons-nous pas à nous voiler la face ou à nous créer une vérité ?

Toutefois, je dois dire que j’ai été un peu déçue. Le fait de retranscrire ce que les patients de Vittorio lui disait était un très bon postulat pour cette enquête. Mais, j’ai eu la sensation que l’auteure n’allait pas au bout des choses concernant les analyses. Alors, certes, une analyse dure plusieurs semaines voire plusieurs mois. Même si une infime partie des choses ont été retranscrites, il m’a manqué un petit truc en plus. Je peux le dire, j’ai été frustrée par moments… D’autant plus qu’il y a un petit passage à vide dans la narration qui nous laisse un peu sous notre faim…

Comme il faut que je note ce livre, je lui mets un 14/20.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s