L’oeuvre de Dieu, la part du Diable

 

L’histoire : Le docteur Wilbur Larch ne met au monde que des enfants non désirés, qui trouveront rapidement des parents adoptifs. C’est là « l’oeuvre de Dieu ». Mais ce gynécologue excentrique assume également la « part du Diable » en pratiquant l’avortement clandestin. Que faire lorsqu’un orphelin refuse de quitter l’orphelinat, son véritable foyer ? Entre le médecin aux deux visages et le jeune garçon rebelle, des liens vont se former.

Mon avis : je suis assez partagée quant à cette lecture.  Non que je n’ai pas aimé mais je dois dire que j’ai eu un peu de mal avec la plume de John Irving. Par moments, je me perdais dans ses descriptions et le fait qu’il passe un peu du coq à l’âne. Mais je me suis accrochée et j’ai bien fait.  Je me suis habituée à sa plume et elle m’a séduite.

Les personnages, quels qu’ils soient, sont très attachants. Le Docteur Larch le premier qui, malgré le fait qu’il se drogue à l’éther, ne juge personne. Il constate et il agit en conséquence. Une femme veut avorter, il le fait sans poser de question. Une autre veut abandonner son enfant, ce sera une bouche de plus pour l’orphelinat.

A l’époque où l’avortement était plus que tabou et illégal, c’est une véritable prouesse de ne pas juger ces femmes. Même quand il procède à un avortement conséquence d’un acte horrible, il le fait et ne juge pas les auteurs (même s’il se venge tout de même un peu).

Et c’est sans doute pour ça qu’il ne comprend pas Homer qui, lui, refuse de pratiquer des avortements. Son poulain, cet orphelin qui a élu domicile à l’orphelinat, celui qu’il veut façonner à son image et lui créer son destin, lui, juge. Et comme il juge, il comprend qu’il ne pourrait pas avorter (même en cas d’extrême nécessité).

J’ai bien aimé la relation entre Homer et son « père ». Tout comme toute vraie relation, ils s’aiment même si parfois, ils ne se comprennent pas.  Le Docteur Larch veut lui tracer son chemin, ce dernier refuse… Quoiqu’ils en pensent, ils se sont trouvés…

Homer lui, veut être maître de son propre destin de bédouin.  Même si c’est Wilbur qui lui a mis le pied à l’étrier en le forçant à suivre Wally et Candy, c’est lui qui décide de rester, de fonder sa propre famille même si au final, il rejoint le destin tracé par Wilbur.

Je suis assez satisfaite par cette lecture que je n’aurais probablement pas découvert sans Livraddict.

C’est ma 9eme lecture dans le cadre du Baby challenge lectures contemporaines !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s