Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil.

L’histoire : Hajime est un homme ordinaire et qui veut vivre une vie ordinaire. Il est heureux, marié, père de famille et son bar fonctionne bien. Jusqu’au jour où il revoit son amour d’enfant, Shinamoto-San, qu’il avait perdue de vue.

Mon avis : Murakami, il me tentait depuis un bon bout de temps déjà. Je ne peux que remercier Nath Choco de me l’avoir fait découvrir.

J’ai été de suite séduite par la plume de Murakami. Ce n’est que le second roman nippon que je lis. Pourtant, j’y ai retrouvé tout ce que j’aime dans la littérature asiatique. Toute cette poésie (le titre en est le parfait exemple) dans la description des lieux, l’atmosphère qui se dégage. La musique, tant le jazz que la musique classique, concourent à accentuer le caractère intimiste de ce roman. On a presque envie de chuchoter, de murmurer aux côtés des personnages.

L’écriture est très fluide et facile à lire. Certains passages peuvent paraître un peu crus. Cependant, ils ne sont pas pour autant choquants. On pourrait penser, surtout au début lorsque l’auteur nous narre l’enfance d’Hajime, qu’il adopte une écriture trop simpliste. Je pense que c’était pour mieux décrire l’immaturité du personnage. Parce que lorsqu’il devient adulte, l’écriture s’étoffe davantage…

Les personnages sont très forts. Hajime est un homme ordinaire alors qu’il veut être quelqu’un d’extraordinaire. Il est même ordinaire jusque dans ses sentiments envers les femmes, malgré ses efforts pour ne pas blesser les femmes qu’il aime.

En revanche, j’ai été très frustrée… Frustrée comme Hajime. J’aurais moi aussi voulu savoir pourquoi Shinamoto-San apparaissait et disparaissait comme ça, si elle était ou non mariée, quelle avait été sa vie pendant toutes ces années. Mais elle demeure un mystère pour tous…

Beaucoup disent que c’est le moins bon de Murakami. Etant le premier que je lis, je n’ai pas trop de points de comparaison. Mais j’ai bien envie d’en lire plus de lui. J’espère être toute autant conquise.

Publicités

Un commentaire sur « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil. »

  1. oh je suis très contente qu’il t(ait plu. j’aime ce titre, comme bien d’autres de Murakami, et espère que tu poursuivras cette découverte 😉 La Ballade de l’impossible est aussi magnifique 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s