La poursuite du bonheur

1ere lecture officielle dans le cadre du Baby challenge lectures contemporaines.

L’histoire : Kate perd sa mère. C’est ce moment qu’a choisi Sara pour se manifester. Qui est cette femme ? Quel est le lien qui l’unit à Dorothy, la mère de Kate ? Pourquoi connaît-elle son père Jack Malone qu’elle a perdu alors qu’elle n’était qu’une petite fille ?

Sara, écrivain, va lui écrire une longue lettre sous forme de roman pour tout lui révéler.

Mon avis : quand on se lance dans une lecture de 774 pages, cette dernière doit nous passionner. Je dois dire que j’ai bien failli abandonner au tout début. La partie se consacrant sur Kate est longue, monotone et, à mon sens, inutile quant à la suite de la lecture. De plus, j’ai eu l’impression de lire un mauvais roman à l’eau de rose parfait pour servir de base à un téléfilm de l’après midi sur M6 and co…

En revanche, quand on arrive à la partie sur Sara, les choses deviennent plus passionnantes. Même si le style de Douglas Kennedy souffre de beaucoup de digressions qui nous font perdre le fil.

J’ai particulièrement aimé les passages sur la chasse aux sorcières et le maccarthisme qui est assez bien développé. En revanche, et c’est bien dommage, le récit de la découverte de Ravensbrück par Jack Malone est beaucoup trop bref, presqu’anedoctique. Et c’est bien dommage.

Alors Ok, c’est avant tout une histoire d’amour mais quand même, c’est mielleux, mièvre, le tout parsemé de guimauve. On peine à croire qu’une telle histoire d’amour puisse exister dans la vie réelle (alors que je suis une grande romantique dans l’âme). Ou alors, je deviens désabusée depuis que je suis maman lol.

Et puis cette Sara, faut l’avouer tout de même, c’est une sacrée Pierre Richard. Elle vit en 5 ans ce que d’aucun vivrait pendant toute une vie (tant sur le plan professionnel que personnel). C’est bien dommage. En fait, j’ai l’impression que l’auteur enchaîne ces événements pour donner un certain rythme à son livre, pour tenir le lecteur en haleine. Sauf que si pour certaines situations, ça marche plutôt bien (notamment les événéments concernant le frère de Sara, Eric), pour la plupart, on a l’impression d’un enchaîment désordonné.

Vais-je lire encore un autre Douglas Kennedy ? Je ne le pense pas. Cependant, je suis assez contente d’avoir découvert cet auteur de part ce challenge. Je ne pense pas que j’aurais eu l’envie de le lire sinon…


Logo Livraddict

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s