Le Portrait de Dorian Gray

 

Voilà le 1er livre lu dans la cadre du challenge proposé par Emma Dorian. Une vraie découvete pour moi…

Quatrième de couverture :    «Au centre de la pièce, fixé à un chevalet droit, se dressait le portrait en pied d’un jeune homme d’une extraordinaire beauté physique, devant lequel, à peu de distance, se tenait  assis le peintre lui-même, Basil Hallward, celui dont, il y a quelques années, la disparition soudaine a, sur le moment, tant ému le public et donné lieu à d’étranges conjectures.»
Or Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce voeu insensé : garder toujours l’éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses  passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l’âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : «Chacun de nous porte en soi le ciel et       l’enfer.»
Et ce livre lui-même est double : il nous conduit dans un Londres lugubre et louche, noyé dans le brouillard et les vapeurs d’opium, mais nous ouvre également la comédie de salon des beaux quartiers. Lorsqu’il parut, en 1890, il fut considéré comme immoral. Mais sa singularité, bien plutôt, est d’être un roman réaliste, tout ensemble, et un roman d’esthète – fascinants, l’un et l’autre, d’une étrangeté qui touche au fantastique.

Mon avis : je suis très très partagée quant à cette lecture. Le livre est très prometteur et il fait partie des grands classiques de la littérature. Mais dès les premières lignes, je me suis demandée si j’allais ou non continuer.

Je n’incriminerai pas le style, certes lourd, mais d’époque. Au demeurant, il est à noter qu’Oscar Wilde a une superbe plume même si les descriptions rendent la lecture un peu fouillie.

Ce qui m’a un peu freiné, c’est la philosophie un peu trop pataude à mon goût. Pourtant, le postulat avait tout pour me plaire : un triangle amoureux (Bazil le peintre, Lord Henry le philosophe et ami et Dorian Gray, la muse), l’éloge de la beauté et ses conséquences.

Ces thèmes plaisent assurément. Ils traversent les siècles et les années sans pour autant être dépassé. Et là où Oscar Wilde est précurseur pour l’époque, c’est que l’homosexualité n’est pas si cachée que cela… Elle est même plus que suggérée. Et les femmes ne sont pas en reste : quel misogyne cet Oscar !!!!

La question que je me suis posée est qui est l’artiste ? On serait tenté de dire que c’est Bazil puisque c’est lui qui fait le portrait mais Lord Henry ne fabrique-t-il pas non plus une oeuvre en changeant les perceptions des choses de Dorian ? Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement d’avec Frankenstein… Lord Henry, par ses grandes théories, arrive à faire d’un personnage beau (et à donc à qui on pardonne tout), un monstre.

Il est tout aussi intéressant de voir comment ce dernier bascule du côté obscur de la force, comment il cherche à ne pas vieillir au détriment de son portrait… Où est son libre-arbitre ?

Je ne sais pas trop ce qui m’a déplu. Je fondais sans doute trop d’espoir dans ce livre et au final, j’ai été assez déçue. Ma curiosité n’a pas été suffisamment satisfaite…

Ceci dit, le style d’Oscar Wilde me tente assez et je lirai d’autres livres de cet auteur.

Publicités

Un commentaire sur « Le Portrait de Dorian Gray »

  1. Je m’aperçois que je ne t’avais pas laissé de commentaires, je répare la chose. Ah, dommage qu’il t’ait déplu ! La lecture de ce roman est très lointaine, je vais le relire prochainement pour comprendre ce que tu en as pensé.
    Merci encore de participer au challenge, la chronique a été ajoutée à mon billet récapitulatif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s